Découvrez nos différentes marques, en cliquant sur les logos en bas de page.

Newsletter :


Nouveautés

L'ALGÉRIE POUR MÉMOIRE - Fernande STORA
L'ALGÉRIE POUR MÉMOIRE - Fernande STORA

Préface et photographies de Jean-Pierre STORA

DE SEPTEMBRE 1962 À MAI 1963


MÉMOIRES DE GUERRE, DE GAULLE ÉCRIVAIN, Yves REY-HERME
MÉMOIRES DE GUERRE, DE GAULLE ÉCRIVAIN, Yves REY-HERME

Nouvelle édition mise à jour.
Un demi-siècle de parole et d'écriture    
L'Appel du 18 juin 1940
Le verbe et l'Histoire               
Un remarquable portraitiste

Analyse critique permettant de mieux aborder les centres d'intérêt des Mémoires de guerre et notamment l'étude du tome III "Le Salut 1944-1946"

Les Mémoires de guerre mettent en lumière les qualités d'écrivain de De Gaulle, son style et sa pensée romanesque, et sa culture littéraire importante lorsqu'il met clairement en échos certains passages lyriques de son récit avec les grandes œuvres classiques françaises (Lamartine, Paul Valery, Chateaubriand...)

Yves REY-HERME (1924-2000) est né dans une famille de résistants. Il a pu dès sa jeunesse se familiariser avec les écrits de Charles de Gaulle et comprendre que l’écrivain De Gaulle fut toute sa vie plus un intellectuel qu’un militaire. S’est engagé aux côtés d’Emmanuel Mounier et d’Edmond Michelet avec lequel il resta toujours très lié.

Professeur agrégé de lettres classiques, il a enseigné à Embrun, Zagreb, Marseille et enfin à Paris aux Lycées Condorcet et Saint-Louis. Yves REY-HERME a consacré une partie de sa vie au développement de la francophonie notamment en tant que directeur à l’Alliance française puis à l’Union latine, période ou il fit par le monde de nombreuses tournées de conférences consacrées à la littérature contemporaine, celle qui lui était la plus demandée s’intitulait De Gaulle, l’écrivain, notamment par les Nations Unies pour le bicentenaire de la Révolution française. Yves REY-HERME, fin connaisseur de la littérature française et notamment des écrivains François Mauriac, Chateaubriand, Jean-Paul Sartre, Albert Camus, Emmanuel Mounier, Jacques Rivière, Alain-Fournier, présida l’Amitié Charles Péguy, pour laquelle il écrivit de nombreux articles et quelques livres.
Pour l’année 2010-2011, Parmi la liste des objets d’étude et des œuvres obligatoires inscrits au programme de littérature de la classe terminale de la série littéraire dans la catégorie Littérature et débats d’idées — Littérature et histoire, figure : « Mémoires de guerre », tome III, « Le Salut, 1944-1946 », Charles de Gaulle, aux côtés de "l'Odyssée", de "Fin de partie" de Beckett et de "Tous les matin du monde" de Pascal Quignard - dans d'autres catégories.

Référence : arrêté du 20-7-2001 fixant le programme de l'enseignement de littérature en classe terminale de la série littéraire (NORMENE0101658A) publié au JORF du 4-8-2001 et au BOEN hors-série n° 3 du 30-8-2001.

Photo de couverture de Cecil Beaton, portraitiste officiel de la famille royale anglaise, prise à Peets wood.

80 pages


GASTON COUTÉ, SES PLUS BEAUX TEXTES
GASTON COUTÉ, SES PLUS BEAUX TEXTES

Préface de Jean-Paul MONTEIL suivie d’un hommage de Xavier PRIVAS, bois de Jacob-HIANS, dessins de Germain DELATOUSCHE.

100e anniversaire de sa mort 1911 - 2011

Farouchement marginal, épris de liberté jusqu’à la violence, le mépris des imbéciles devait sans doute le remplir d’aise…
Par destination le poète est, à mon avis, l’homme des foules et non des salons.
« Le poète véritable a ce privilégie, même en ne parlant que de lui, de confesser les joies et les douleurs de la multitude. C’est la bonne tradition d’Homère à Villon, en passant par les trouvères et les troubadours du Moyen Age. Un poète qui n’est pas d’expression populaire ne représente pour moi rien du tout. Je le crois destiné à périr et si je le compare au bidet de la Putain dans le cabinet de toilette, j’estime que ce dernier objet est infiniment plus utile. » Ainsi parlait Jehan Rictus.
Pour le poète comme je le comprends, il faut donc un public. Ou peut-il l’atteindre ailleurs qu’au cabaret? Le café-concert, le théâtre, les journaux lui sont fermés ou presque. Le cabaret correspond donc à une nécessité qui a toujours existé parce que l’homme a besoin de poésie véritable. Plus peut-être encore que de pain. Mais il faut s’entendre sur cette réalité et cette tradition perdue. Il ne s’agit pas uniquement de célébrer les yeux et les tétons de sa maîtresse. La poésie peut être l’expression plus virile, plus contemporaine, plus directe. Bien d’autres sujets lui conviennent et Gaston COUTÉ l’a magnifiquement prouvé. Aussi le lui fit-on payer très cher. Le public l’en récompensa. (…)
Au soir du 25 juin, le poète beauceron sort du cabaret des Adrets, sur les grands boulevards, dans un état d’épuisement complet. Il s’accorde la dépense d’un fiacre qui le conduit au pied de la rue Lepic, refusant d’aller plus loin. C’est en rasant les murs que le pauvre Couté poursuit sa route, en titubant, jusqu’à la place du Tertre. Sa logeuse appelle un médecin qui prescrit une admission en toute hâte à l’hôpital Lariboisière. C’est là qu’il meurt, seul, comme un gueux, à peine âgé de 31 ans, le 28 juin 1911. Le Merle du Peuple avait cessé de chanter… Gaston Coutant, conservateur et secrétaire de l’association “Les Amis de Gaston Couté”

Itinéraire Gaston Couté

268 pages

isbn 9782353910069



De Gaulle se livre à Lille !

Alain Kerhervé et Gérard Quéré présents à ce salon et participation à une table ronde.

Manifestation reportée au samedi 30 janvier 2021 !

De Gaulle se livre


DÉCOUVRIR, CONNAÎTRE DE GAULLE - Alain KERHERVÉ, Gérard QUÉRÉ DÉCOUVRIR, CONNAÎTRE DE GAULLE - Alain KERHERVÉ, Gérard QUÉRÉ
25.00 €




KERHERVE Alain
Voir la biographie

clionautes.org : Un livre-témoignage que nous vous conseillons de lire ! Entretiens avec Michel ANFROL...

Bercé par l’épopée gaulliste dans sa jeunesse, journaliste emblématique de l’ORTF, Michel Anfrol a été, de 1994 jusqu’à son décès en 2019, le président des Amis de la fondation Charles De Gaulle. C‘est au détour des couloirs de cet institut, rue de Solférino, que les deux auteurs de cet ouvrage, Hélène et Julien Brando, ont pu le rencontrer et faire germer l’idée d’un long entretien revenant sur le parcours de sa vie.

Les éditions Regain de Lecture propose ainsi un témoignage captivant sur la vie d’un homme qui a traversé la seconde moitié du XXe siècle et qui se livre à bâtons rompus, jouissant d’une liberté de ton plaisante et agréable à la lecture.

Michel Anfrol : gaulliste depuis ses neuf ans

Michel Anfrol (de son vrai nom Michel Katchoura) a entendu le nom du général De Gaulle pour la toute première fois au détour d’une rue d’Agen, en août 1940, les crieurs de la presse annonçant sa condamnation à mort. Issu d’une famille qui se rallia à l’homme de Londres au cours du conflit, mais sans lui demeurer fidèle dans l’après-guerre, Michel Anfrol a progressivement nourri et développé son admiration pour le général. Celle-ci plonge dans ses souvenirs des combats pour la libération de Paris et la descente des Champs, les articles de presse lus au dessus de l’épaule paternelle et aux discussions avec ses camarades de lycée.

C’est à ses 15 ans qu’il adhère au RPF et se lance dans le militantisme. Un militantisme dévorant et de plus en plus prenant. Repéré, il grade dans l’appareil des jeunes du RPF, nouant des amitiés longues (Jean Tibéri notamment, qui postface l’ouvrage) et engrangeant des anecdotes savoureuses (notamment sur le jeune Le Pen passé par les rangs du RPF, c’était avant la guerre d’Algérie et la fondation du FN avec des anciens de l’OAS !). 

Sa famille désapprouve son engagement qui l’éloigne de ses études, qu’il mène pourtant à leur terme. Le couperet paternel tombe : Michel doit s’exiler en Catalogne durant l’été 1952. De son exil il continue à écrire pour la revue du RPF sous pseudo. Michel Anfrol est né. A la sortie des études Michel Anfrol embrasse la voie journalistique et entre à Europe 1 comme stagiaire.

L’aventure du RPF périclite. L’espoir du retour de De Gaulle s’éloigne de plus en plus. Peu à peu le parti gaulliste perd de son lustre. En 1953 De Gaulle libère le parti de son allégeance envers lui. Un à un les barons quittent le navire. Michel Anfrol désapprouve puis rejoint ses camarades militants en 1957 chez les Républicains sociaux. 

Journaliste à L’ORTF le jour, militant la nuit

Michel Anfrol n’a jamais fait secret de son engagement gaulliste. Au retour de De Gaulle celui-ci constate avec une amertume non dissimulée à la fois la forte opinion anti-gaulliste du monde journalistique mais aussi l’hypocrisie de nombreux collègues qui suivront le sens du vent. 

A la suite du référendum de 1958 nait un nouveau parti gaulliste : l’UNR. Michel Anfrol est de nouveau contacté pour entrer dans la campagne qui s’ouvre. Celui-ci répond présent. Traversant la France il œuvrera pour la victoire du parti et l’acquisition d’une majorité absolue avec le soutien des parlementaires du MRP. Entre-temps Michel Anfrol a quitté Europe 1 pour entrer au service du journal Voici pourquoi puis, en parallèle, à la RTF à partir de 1961. Il sera envoyé en Algérie couvrir le conflit. Il en reviendra partagé sur l’issu de la guerre, regrettant personnellement que le projet gaulliste consistant à conserver pour la France le Sahara, qu’il décrit comme acquis à la République et vide de partisans du FLN, ne soit pas retenu.  

Au cours des années de la présidence De Gaulle Michel Anfrol fut plusieurs fois témoins de l’action politique et géopolitique du général, dont il se fait au cours de ces pages l’écho et le zélateur. L’admiration du journaliste transparait et celui-ci rappelle, par de nombreuses anecdotes (lors des obsèques d’Eisenhower De Gaulle capta toute l’attention lors du banquet organisé par Nixon à la Maison Blanche), l’admiration du monde pour le résistant et celui qui « avait tenu tête aux Etats-Unis » (page 113). Le hasard voulu que Michel Anfrol soit chargé d’annoncer au journal de l’ORTF la démission du général De Gaulle à la suite de sa défaite au référendum sur la régionalisation et la réforme du Sénat. 

Mai 1968 : la rupture

Michel Anfrol revient longuement dans ces pages sur les évènements de mai 1968 et la mise en grève des journalistes de l’ORTF. Bien que conscient des dysfonctionnements énormes dans la machinerie de la télévision d’Etat (Michel Anfrol revient en détail sur les difficultés financières des correspondants à l’étranger et les calculs d’épiciers pour économiser quelques francs, au détriment du travail et des conditions de vie des journalistes sur place) et les raisons légitimes de se mettre en grève, celui-ci refuse de rejoindre le mouvement car il perçoit la manoeuvre politique sous-jacente. Cette prise de position lui vaudra la désapprobation d’une grande partie de ses collègues qui refusèrent par la suite de lui adresser la parole et de travailler avec lui. Après le départ de De Gaulle et l’élection de Pompidou, ayant eu la chance de commenter l’alunissage d’Amstrong et Aldrin, Michel Anfrol est renvoyé de l’ORTF par le nouveau premier ministre, Jacques Chaban Delmas

 

Un journaliste gaulliste aux Amériques

Michel Anfrol continua sa carrière journalistique et fut correspondant aux Etats-Unis d’Amérique et en Argentine. De ces longs voyages il revint avec une connaissance fine des sociétés dans lesquelles il avait pu se plonger. Michel Anfrol évoque tour à tour la politique économique des américains, la campagne de 1976 qu’il a couvert et sur la très bonne impression que lui fit le gouverneur californien Reagan, la montée du populisme et de Trump dont la victoire ne fut pas une surprise pour lui. 

A la suite de la guerre des Malouines Michel Anfrol prit la direction de l’Argentine dont il tomba sous le charme. Couvrant les évènements sportifs du continent entre autres il pu également découvrir et connaitre le monde d’Amérique latine. 

« Puisque tout recommence toujours, ce que j’ai fait sera tôt ou tard une source d’ardeurs nouvelles »

La retraite acquise, Michel Anfrol continua son engagement gaulliste sous une autre forme. Celui qui s’était toujours refusé depuis les années 1960 à adhérer au moindre parti, pour garder sa liberté de ton (ce que plusieurs gaullistes lui reprocheront), s’engage dans la préservation du message gaullien via l’association des Amis de la fondation Charles De Gaulle. 

Le gaullisme est pour lui la préservation de l’indépendance nationale (page 237). Michel Anfrol œuvra ainsi à nourrir ce souvenir auprès de la population et à aider à la production de travaux scientifiques sur le gaullisme. Les dernières pages de l’ouvrage reviennent sur sa présidence et les souvenirs marquants de cette période qui prit fin avec son décès en 2019.

Eclairage passionnant sur le dernier siècle, fruit d’un échange long et fructueux, l’ouvrage d’Hélène et Julien Branco nous offre à découvrir un homme passionné, dont la vie a été bouleversée par la figure du général. Un livre-témoignage que nous vous conseillons de lire !

 

ENTRETIENS AVEC MICHEL ANFROL, Avec De Gaulle, du RPF à l'ORTF - Hélène et Julien BRANDO ENTRETIENS AVEC MICHEL ANFROL, Avec De Gaulle, du RPF à l'ORTF - Hélène et Julien BRANDO
20.00 €




Académide du Gaullisme : Ouvrage Entretien avec Michel Anfrol

par Marc Fosseux,
Pour ceux qui ont connu Michel Anfrol, le livre d’Hélène et Julien Brando procure une émotion vraie. À chaque page, on a l’impression d’entendre sa voix si caractéristique nous faire un récit précis, documenté, n’omettant aucun détail même à des décennies de distance. Bref une performance rare de grand journaliste que Michel Anfrol fut toute sa vie. On retrouve la même verve, le même caractère entier, la foule impressionnante de détails sur des faits. Lire la suite
Retrouvez Michel Anfrol

ENTRETIENS AVEC MICHEL ANFROL, Avec De Gaulle, du RPF à l'ORTF - Hélène et Julien BRANDO ENTRETIENS AVEC MICHEL ANFROL, Avec De Gaulle, du RPF à l'ORTF - Hélène et Julien BRANDO
20.00 €




Orléans mag : Le Silence des soutanes

Orléanbs mag Silence des soutanes


LE SILENCE DES SOUTANES - Sophie DESCHAMPS LE SILENCE DES SOUTANES - Sophie DESCHAMPS
18.00 €




DESCHAMPS Sophie
Voir la biographie

Michel Anfrol ou le parcours fulgurant d’un gaulliste, du RPF à l’ORTF, dans le nouveau Conservateur

« Mon dévouement à l’égard du gaullisme répondait à une fidélité vis à vis d’un homme dont je considérais qu’il était la grandeur et et l’honneur de la France »  clame Michel Anfrol dans des entretiens qu'il avait donnés à une chercheuse, Hélène Brando, quelques mois avant sa  disparition, en 2019. Homme de fidélité, journaliste intransigeant, polyglotte, amoureux  de l'Amérique latine et de l'Argentine en particulier, cet esprit caustique et chaleureux, avait  acclamé le général de Gaulle sur les Champs-Elysées le 26 août 1944, avant de devenir, à quinze  ans, alors qu'il est élève au lycée Janson-de-Sailly, le plus jeune adhérent au RPF en 1950, trois  ans après sa création. Accueilli par le futur député Claude-Gérard Marcus, le voilà lancé dans  les campagnes électorales, aux côtés d'Edmond Michelet, Jean Tiberi (70 ans d'amirié), Jacques  Dominari (entré dans la Résistance à 16 ans), Louis Vallon et René Capitant (qui fut son  professeur de droit) ou Charles Pasqua, trouvant en Maurice Couve de Murville le « parfait  modèle, pour moi, de l'homme politique ». Il rencontre alors à quatre reprises le général mais  pendant sa traversée du désert, le père de Michel Anfrol s'exclamera : « À ma connaissance, en  France, il doit rester deux gaullistes, mon fils et De Gaulle... et encore, je me demanda toujours si  De Gaulle l'est toujours ! ».  Gaulliste, Anfrol le resta toute sa vie, payant souvent très cher cette fidélité. Lui qui se frotta  à Europe 1 (il y rencontre le seul gaulliste de la station, Pierre Delanoë, directeur artistique  et parolier de Bécaud) avant de rejoindre la RTF puis l'ORTF (il commenta notamment en  direct les premiers pas sur la lune) raconte de façon souvent édifiante le climat anti-gaulliste qui  se jouait dans les médias et souligne au passage que la RTF de la IVe République « ne permit jamais à de Gaulle de s'exprimer », ajoutant que lorsqu'il fut président, « il n'exigea jamais que l'on  purge les journalistes socialistes ou communistes de l'ORTF. La preuve en est : mai 68 ! ». Il explique  que d'ailleurs, lui, le non gréviste en mai 68, résista aux quolibets et présenta le journal télévisé  depuis les sous-sols de la Tour Eiffel car des grévistes menaçaient de faire sauter les studios de  Cognacq-Jay. Anfrol suit de Gaulle en Allemagne, recueillant en exclusivité le récit qu'il fit sur son ancêtre  Ludwig Kolb, lequel venu en France, avait rejoint les gardes suisses du roi Louis XVI, et fut un des seuls rescapés du massacre des Tuileries en août 1792. Au lendemain du départ du général, après le référendum de 1969, Anfrol est désemparé, confiant avec tristesse : « II était  la voix, il était /'Histoire, il était la morale politique. », citant au JT les mots de René Coty en 58 : « II ne sera plus le premier en France mais il restera le premier des Français. ». Les pages les plus émouvantes sont celles consacrées à celui qui le nomma à la présidence des Amis de la Fondation Charles de Gaulle, Pierre Messmer, dont il dit qu'il «portait l'héritage du général de Gaulle », rappelant au passage son épopée aux côtés de celui qui deviendrait le général Simon, tous deux partis au lendemain du 18 juin rejoindre le chef de la France libre à bord d'un navire italien. Il termine ses entretiens par une réflexion arrière, se demandant, « à l'heure où nous nous acharnons à déconstruire », si on pourra encore comprendre dans quelques années l'œuvre du général de Gaulle. « Aller vers ce pour quoi nous sommes faits, libres et fraternels. Tel est le signe que la France doit donner au monde pour De Gaulle ». Telle fût jusqu'à son dernier soupir l'obsession de ce reporter intrépide, rumeur de cigares et amateurs de tango argentin. • Entretiens avec Michel Anfrol, Avec De Gaulle, du RPF à l'ORTF, d'Hélène et Julien Brando. Préface dAngelo Rinaldi et postface de Jean Tiberi (Éditions Regain de lecture, 280 pages, 20 €).

A lire aussi sa préface à Une Révolution en héritage, la politique sociale de Charles de Gaulle, d'Alain Kerhervé (Regain de lecture, 382 pages, 20 €).


ENTRETIENS AVEC MICHEL ANFROL, Avec De Gaulle, du RPF à l'ORTF - Hélène et Julien BRANDO ENTRETIENS AVEC MICHEL ANFROL, Avec De Gaulle, du RPF à l'ORTF - Hélène et Julien BRANDO
20.00 €




Note de lecture : Entretien avec Michel Anfrol – Avec de Gaulle, du RPF à l’ORTF

Pour ceux qui ont connu Michel Anfrol, le livre d’Hélène et Julien Brando procure une émotion vraie. À chaque page, on a l’impression d’entendre sa voix si caractéristique nous faire un récit précis, documenté, n’omettant aucun détail même à des décennies de distance. Bref une performance rare de grand journaliste que Michel Anfrol fut toute sa vie. On retrouve la même verve, le même caractère entier, la foule impressionnante de détails sur des faits, des personnes, des lieux que parfois il n’avait vus qu’une seule fois des années auparavant mais dont il gardait un souvenir étonnamment sûr.

Lire la suite...


ENTRETIENS AVEC MICHEL ANFROL, Avec De Gaulle, du RPF à l'ORTF - Hélène et Julien BRANDO ENTRETIENS AVEC MICHEL ANFROL, Avec De Gaulle, du RPF à l'ORTF - Hélène et Julien BRANDO
20.00 €




Une vraie bible du gaullisme ! lenouveauconservateur.org

On prolongera cette analyse avec le volumineux Découvrir, comprendre de Gaulle, d‘Alain Kerhervé et Gérard Quéré, qui retrace depuis sa jeunesse et la grande guerre, toute la vie militaire et politique de celui qui clamera :
« Il n’y a pas de France sans épée. Je suis un soldat français à qui, pour l’instant incombe le grand devoir de parler seul au nom de la France. »
 
Pour tout savoir sur les Forces Françaises Libres, De Gaulle et Giraud, la conférence de Yalta jusqu’au retour aux affaires et la place de la France dans le monde, l’importance de sa politique sociale, la politique familiale et la Participation, dates après dates, le tout accompagné d’annexes détaillées et de notices biographiques.
Une vraie bible du gaullisme.
Gilles Brochard
 

 


DÉCOUVRIR, CONNAÎTRE DE GAULLE - Alain KERHERVÉ, Gérard QUÉRÉ DÉCOUVRIR, CONNAÎTRE DE GAULLE - Alain KERHERVÉ, Gérard QUÉRÉ
25.00 €




KERHERVE Alain
Voir la biographie

Julien BRANDO, co-auteur des Entretiens avec Michel ANFROL sur Radio Notre Dame

Cliquez ci-dessous

Interview de Julien Brando par Gilles Brochard sur Radio Notre Dame 13 novembre 2020

Michel Anfrol sourire


ENTRETIENS AVEC MICHEL ANFROL, Avec De Gaulle, du RPF à l'ORTF - Hélène et Julien BRANDO ENTRETIENS AVEC MICHEL ANFROL, Avec De Gaulle, du RPF à l'ORTF - Hélène et Julien BRANDO
20.00 €




Un homme à l'étroit de Franck BELLUCCI sélection 2021 du Lions Club District Centre

Affiche prix Lions 2021


UN HOMME À L'ÉTROIT - Franck BELLUCCI UN HOMME À L'ÉTROIT - Franck BELLUCCI
16.00 €




BELLUCCI Franck
Voir la biographie

Conférence de Georges JOUMAS, Librairie La Cédille Vitry-le-François

Conférence de Georges JOUMAS, samedi 17 octobre à 15 heures Librairie La Cédille Vitry-le-François


LES DEUX PREMIERS « FUSILLÉS POUR L'EXEMPLE » DES MUTINERIES DE 1917 - Georges JOUMAS LES DEUX PREMIERS « FUSILLÉS POUR L'EXEMPLE » DES MUTINERIES DE 1917 - Georges JOUMAS
14.00 €




JOUMAS Georges
Voir la biographie

- page 2 de 33 -