Découvrez nos différentes marques, en cliquant sur les logos en bas de page.

Newsletter :


Nouveautés

L'ALGÉRIE POUR MÉMOIRE - Fernande STORA
L'ALGÉRIE POUR MÉMOIRE - Fernande STORA

Préface et photographies de Jean-Pierre STORA

DE SEPTEMBRE 1962 À MAI 1963


MÉMOIRES DE GUERRE, DE GAULLE ÉCRIVAIN, Yves REY-HERME
MÉMOIRES DE GUERRE, DE GAULLE ÉCRIVAIN, Yves REY-HERME

Nouvelle édition mise à jour.
Un demi-siècle de parole et d'écriture    
L'Appel du 18 juin 1940
Le verbe et l'Histoire               
Un remarquable portraitiste

Analyse critique permettant de mieux aborder les centres d'intérêt des Mémoires de guerre et notamment l'étude du tome III "Le Salut 1944-1946"

Les Mémoires de guerre mettent en lumière les qualités d'écrivain de De Gaulle, son style et sa pensée romanesque, et sa culture littéraire importante lorsqu'il met clairement en échos certains passages lyriques de son récit avec les grandes œuvres classiques françaises (Lamartine, Paul Valery, Chateaubriand...)

Yves REY-HERME (1924-2000) est né dans une famille de résistants. Il a pu dès sa jeunesse se familiariser avec les écrits de Charles de Gaulle et comprendre que l’écrivain De Gaulle fut toute sa vie plus un intellectuel qu’un militaire. S’est engagé aux côtés d’Emmanuel Mounier et d’Edmond Michelet avec lequel il resta toujours très lié.

Professeur agrégé de lettres classiques, il a enseigné à Embrun, Zagreb, Marseille et enfin à Paris aux Lycées Condorcet et Saint-Louis. Yves REY-HERME a consacré une partie de sa vie au développement de la francophonie notamment en tant que directeur à l’Alliance française puis à l’Union latine, période ou il fit par le monde de nombreuses tournées de conférences consacrées à la littérature contemporaine, celle qui lui était la plus demandée s’intitulait De Gaulle, l’écrivain, notamment par les Nations Unies pour le bicentenaire de la Révolution française. Yves REY-HERME, fin connaisseur de la littérature française et notamment des écrivains François Mauriac, Chateaubriand, Jean-Paul Sartre, Albert Camus, Emmanuel Mounier, Jacques Rivière, Alain-Fournier, présida l’Amitié Charles Péguy, pour laquelle il écrivit de nombreux articles et quelques livres.
Pour l’année 2010-2011, Parmi la liste des objets d’étude et des œuvres obligatoires inscrits au programme de littérature de la classe terminale de la série littéraire dans la catégorie Littérature et débats d’idées — Littérature et histoire, figure : « Mémoires de guerre », tome III, « Le Salut, 1944-1946 », Charles de Gaulle, aux côtés de "l'Odyssée", de "Fin de partie" de Beckett et de "Tous les matin du monde" de Pascal Quignard - dans d'autres catégories.

Référence : arrêté du 20-7-2001 fixant le programme de l'enseignement de littérature en classe terminale de la série littéraire (NORMENE0101658A) publié au JORF du 4-8-2001 et au BOEN hors-série n° 3 du 30-8-2001.

Photo de couverture de Cecil Beaton, portraitiste officiel de la famille royale anglaise, prise à Peets wood.

80 pages


GASTON COUTÉ, SES PLUS BEAUX TEXTES
GASTON COUTÉ, SES PLUS BEAUX TEXTES

Préface de Jean-Paul MONTEIL suivie d’un hommage de Xavier PRIVAS, bois de Jacob-HIANS, dessins de Germain DELATOUSCHE.

100e anniversaire de sa mort 1911 - 2011

Farouchement marginal, épris de liberté jusqu’à la violence, le mépris des imbéciles devait sans doute le remplir d’aise…
Par destination le poète est, à mon avis, l’homme des foules et non des salons.
« Le poète véritable a ce privilégie, même en ne parlant que de lui, de confesser les joies et les douleurs de la multitude. C’est la bonne tradition d’Homère à Villon, en passant par les trouvères et les troubadours du Moyen Age. Un poète qui n’est pas d’expression populaire ne représente pour moi rien du tout. Je le crois destiné à périr et si je le compare au bidet de la Putain dans le cabinet de toilette, j’estime que ce dernier objet est infiniment plus utile. » Ainsi parlait Jehan Rictus.
Pour le poète comme je le comprends, il faut donc un public. Ou peut-il l’atteindre ailleurs qu’au cabaret? Le café-concert, le théâtre, les journaux lui sont fermés ou presque. Le cabaret correspond donc à une nécessité qui a toujours existé parce que l’homme a besoin de poésie véritable. Plus peut-être encore que de pain. Mais il faut s’entendre sur cette réalité et cette tradition perdue. Il ne s’agit pas uniquement de célébrer les yeux et les tétons de sa maîtresse. La poésie peut être l’expression plus virile, plus contemporaine, plus directe. Bien d’autres sujets lui conviennent et Gaston COUTÉ l’a magnifiquement prouvé. Aussi le lui fit-on payer très cher. Le public l’en récompensa. (…)
Au soir du 25 juin, le poète beauceron sort du cabaret des Adrets, sur les grands boulevards, dans un état d’épuisement complet. Il s’accorde la dépense d’un fiacre qui le conduit au pied de la rue Lepic, refusant d’aller plus loin. C’est en rasant les murs que le pauvre Couté poursuit sa route, en titubant, jusqu’à la place du Tertre. Sa logeuse appelle un médecin qui prescrit une admission en toute hâte à l’hôpital Lariboisière. C’est là qu’il meurt, seul, comme un gueux, à peine âgé de 31 ans, le 28 juin 1911. Le Merle du Peuple avait cessé de chanter… Gaston Coutant, conservateur et secrétaire de l’association “Les Amis de Gaston Couté”

Itinéraire Gaston Couté

268 pages

isbn 9782353910069



Alain HARTOG analyse Une Révolution en héritage

UNE RÉVOLUTION EN HÉRITAGE, La politique sociale de Charles de Gaulle

Alain Kerhervé, préface de Michel Anfrol   Regain de lecture

Olivier Germain Thomas avait, un jour, posé la seule question qui vaille : « de Gaulle a-t-il seulement retardé la déchéance de la France ou a-t-il prouvé que la rencontre de circonstances et d’un homme pouvait à tout moment lui redonner son visage ? ».

Alain Kerhervé, dans ce livre consacré à la politique sociale de Charles de Gaulle, répond à cette interrogation, par l’affirmation que tout reste possible, pour l’avenir, à condition d’avoir compris que l’œuvre du Général de Gaulle, sur le plan social mais pas seulement, a été un mouvement de fond, toujours d’actualité, bouleversant tous les conservatismes et répondant, très largement, aux attentes des Français. Nous avons aujourd’hui cet héritage entre nos mains, qu’il est donc possible de faire revivre et fructifier, à la seule condition d’en avoir la volonté.

La première raison qui explique l’importance et la permanence de cette œuvre inachevée, c’est que la préoccupation sociale et humaniste a toujours été le centre de gravité de la pensée et de l’action du Général de Gaulle. Alain Kerhervé le démontre, avec pédagogie, de façon chronologique et factuelle. On retrouve, dans son livre, le jeune officier, d’avant-guerre, marqué par la doctrine sociale de l’Église, aux antipodes des palinodies maurrassiennes ; le chef de la France Libre déclarant en novembre 1941, à Oxford, que face à un monde mécanisé, uniforme et conformiste, il fallait prendre le parti de la libération, seule voie permettant « d’assurer, en définitive, le triomphe de l’esprit sur la matière » ; l’homme qui, non seulement, valide mais commence à mettre en application le programme du Conseil National de la Résistance avant son départ précipité, face à la réapparition du « régime exclusif des partis », le 20 janvier 1946. C’est aussi l’histoire du R.P.F et de l’Action Ouvrière affrontant durement le Parti Communiste qui entend asseoir sa mainmise sur le monde ouvrier et syndical. Viendra ensuite, en 1958, après « le retour aux affaires », l’affirmation d’une doctrine sociale dont la mise en œuvre est rendue possible par le redressement économique de la France : Protection familiale, émancipation des femmes (qui peuvent enfin ouvrir un compte en banque ou travailler sans le consentement de leur mari !) renforcement des droits des travailleurs, grâce à la Participation dont l’objectif essentiel, l’intégration de tous les personnels dans la vie économique et sociale de l’entreprise, sera finalement bloqué par l’alliance inattendue du patronat et de la plupart des syndicats… L’échec du référendum de 1969 engagera ensuite la France dans un tout autre chemin, même si le sillon tracé par les dix premières années de la cinquième République ne pourra être totalement effacé…         

La seconde raison qui explique l’importance de la politique sociale léguée par le Général de Gaulle, c’est qu’il a toujours été l’homme du mouvement et non celui du repli derrière toutes les lignes Maginot que ses adversaires se sont, en permanence, ingéniés à construire… À l’image de la société, sa politique sociale était dynamique, bousculant, souvent, bien des idées reçues. N’évoquera-t-il pas, en juin 1968, la « marée d’incompréhensions, de griefs et quelquefois de fureurs » qu’il avait dû subir, chaque fois qu’il avait agi en « révolutionnaire » ! Ainsi, la proposition de loi Neuwirth sur la légalisation de la pilule avait, initialement, suscité ses réticences (il ne faut pas « sacrifier la France à la bagatelle » !) mais il comprend que cette mesure est dans la continuité du droit de vote qu’il avait accordé aux femmes, après la Libération, et il soutient alors, avec vigueur, le député… Autre exemple, son combat pour la Participation s’explique aussi par son refus constant des doctrines figées dont la lutte des classes est la meilleure illustration. N’avait-il pas prédit, suscitant l’incrédulité générale, que l’U.R.S.S n’aurait qu’un temps face à la Russie éternelle !

Il faut, enfin, souligner que l’ouvrage d’Alain Kerhervé est enrichi de nombreuses annexes mettant en perspective un travail documentaire approfondi sur cet aspect méconnu de l’œuvre du général de Gaulle. 

  Alain HARTOG, Directeur de la collection Ve République


UNE RÉVOLUTION EN HÉRITAGE - Alain KERHERVÉ UNE RÉVOLUTION EN HÉRITAGE - Alain KERHERVÉ
20.00 €




KERHERVE Alain
Voir la biographie

Alain HARTOG analyse Une Révolution en héritage, la politique sociale de Charles de Gaulle

UNE RÉVOLUTION EN HÉRITAGE, La politique sociale de Charles de Gaulle

Alain Kerhervé, préface de Michel Anfrol   Regain de lecture

Olivier Germain Thomas avait, un jour, posé la seule question qui vaille : « de Gaulle a-t-il seulement retardé la déchéance de la France ou a-t-il prouvé que la rencontre de circonstances et d’un homme pouvait à tout moment lui redonner son visage ? ».

Alain Kerhervé, dans ce livre consacré à la politique sociale de Charles de Gaulle, répond à cette interrogation, par l’affirmation que tout reste possible, pour l’avenir, à condition d’avoir compris que l’œuvre du Général de Gaulle, sur le plan social mais pas seulement, a été un mouvement de fond, toujours d’actualité, bouleversant tous les conservatismes et répondant, très largement, aux attentes des Français. Nous avons aujourd’hui cet héritage entre nos mains, qu’il est donc possible de faire revivre et fructifier, à la seule condition d’en avoir la volonté.

La première raison qui explique l’importance et la permanence de cette œuvre inachevée, c’est que la préoccupation sociale et humaniste a toujours été le centre de gravité de la pensée et de l’action du Général de Gaulle. Alain Kerhervé le démontre, avec pédagogie, de façon chronologique et factuelle. On retrouve, dans son livre, le jeune officier, d’avant-guerre, marqué par la doctrine sociale de l’Église, aux antipodes des palinodies maurrassiennes ; le chef de la France Libre déclarant en novembre 1941, à Oxford, que face à un monde mécanisé, uniforme et conformiste, il fallait prendre le parti de la libération, seule voie permettant « d’assurer, en définitive, le triomphe de l’esprit sur la matière » ; l’homme qui, non seulement, valide mais commence à mettre en application le programme du Conseil National de la Résistance avant son départ précipité, face à la réapparition du « régime exclusif des partis », le 20 janvier 1946. C’est aussi l’histoire du R.P.F et de l’Action Ouvrière affrontant durement le Parti Communiste qui entend asseoir sa mainmise sur le monde ouvrier et syndical. Viendra ensuite, en 1958, après « le retour aux affaires », l’affirmation d’une doctrine sociale dont la mise en œuvre est rendue possible par le redressement économique de la France : Protection familiale, émancipation des femmes (qui peuvent enfin ouvrir un compte en banque ou travailler sans le consentement de leur mari !) renforcement des droits des travailleurs, grâce à la Participation dont l’objectif essentiel, l’intégration de tous les personnels dans la vie économique et sociale de l’entreprise, sera finalement bloqué par l’alliance inattendue du patronat et de la plupart des syndicats… L’échec du référendum de 1969 engagera ensuite la France dans un tout autre chemin, même si le sillon tracé par les dix premières années de la cinquième République ne pourra être totalement effacé…         

La seconde raison qui explique l’importance de la politique sociale léguée par le Général de Gaulle, c’est qu’il a toujours été l’homme du mouvement et non celui du repli derrière toutes les lignes Maginot que ses adversaires se sont, en permanence, ingéniés à construire… À l’image de la société, sa politique sociale était dynamique, bousculant, souvent, bien des idées reçues. N’évoquera-t-il pas, en juin 1968, la « marée d’incompréhensions, de griefs et quelquefois de fureurs » qu’il avait dû subir, chaque fois qu’il avait agi en « révolutionnaire » ! Ainsi, la proposition de loi Neuwirth sur la légalisation de la pilule avait, initialement, suscité ses réticences (il ne faut pas « sacrifier la France à la bagatelle » !) mais il comprend que cette mesure est dans la continuité du droit de vote qu’il avait accordé aux femmes, après la Libération, et il soutient alors, avec vigueur, le député… Autre exemple, son combat pour la Participation s’explique aussi par son refus constant des doctrines figées dont la lutte des classes est la meilleure illustration. N’avait-il pas prédit, suscitant l’incrédulité générale, que l’U.R.S.S n’aurait qu’un temps face à la Russie éternelle !

Il faut, enfin, souligner que l’ouvrage d’Alain Kerhervé est enrichi de nombreuses annexes mettant en perspective un travail documentaire approfondi sur cet aspect méconnu de l’œuvre du général de Gaulle.

Alain HARTOG, Directeur de la collection Ve République


Rdv Histoire à Blois, retrouvez-nous sur le stand de la Librairie Labbé

Rdv histoire 2021

Rdv Histoire à Blois, retrouvez-nous sur le stand de la Librairie Labbé


LES DEUX PREMIERS « FUSILLÉS POUR L'EXEMPLE » DES MUTINERIES DE 1917 Ebook - Georges JOUMAS LES DEUX PREMIERS « FUSILLÉS POUR L'EXEMPLE » DES MUTINERIES DE 1917 Ebook - Georges JOUMAS
7.99 €




JOUMAS Georges
Voir la biographie

Les Voix d'Orléans, Jeudi 7 octobre à 14 h à l'auditorium de la Médiathèque d'Orléans !

Les Voix d'Orléans, Jeudi 7 octobre à 14 h à l'auditorium de la Médiathèque d'Orléans !couv écrivaines


NOUVELLES VOIX D'ECRIVAINES FRANCOPHONES, Anthologie, Parlement des écrivaines NOUVELLES VOIX D'ECRIVAINES FRANCOPHONES, Anthologie, Parlement des écrivaines
16.00 €




Rendez-vous de l'Histoire à Blois

rdvH21


Sur France bleu Orléans : Sophie Deschamps

Sophie DESCHAMPS s'exprime sur France bleu Orléans ce 5 octobre 2021 entre 8h20 et 8h30, sur le rapport Sauvé.

 

 


LE SILENCE DES SOUTANES - Sophie DESCHAMPS LE SILENCE DES SOUTANES - Sophie DESCHAMPS
18.00 €




DESCHAMPS Sophie
Voir la biographie

Expo Charles De Gaulle, une vie

Expo Charles De Gaulle


DÉCOUVRIR, CONNAÎTRE DE GAULLE - Alain KERHERVÉ, Gérard QUÉRÉ DÉCOUVRIR, CONNAÎTRE DE GAULLE - Alain KERHERVÉ, Gérard QUÉRÉ
25.00 €




KERHERVE Alain
Voir la biographie

Jacques-Olivier TROMPAS sur Fréquence Protestante

 
Jacques-Olivier TROMPAS

AU PAYS DES BORGNES SUIVI DE POSTURES CALÉDONIENNES - Jacques- Olivier TROMPAS AU PAYS DES BORGNES SUIVI DE POSTURES CALÉDONIENNES - Jacques- Olivier TROMPAS
18.00 €




L'Union des Français de l'Étranger de Berlin évoque Michel Anfrol

https://ufe-berlin.com/2021/06/21/les-francais-parlent-aux-francais-du-bout-du-monde-de-gaulle-na-pas-ete-que-lhomme-du-18-juin/


ENTRETIENS AVEC MICHEL ANFROL, Avec De Gaulle, du RPF à l'ORTF - Hélène et Julien BRANDO ENTRETIENS AVEC MICHEL ANFROL, Avec De Gaulle, du RPF à l'ORTF - Hélène et Julien BRANDO
20.00 €




Le Bulletin de Paris 8e

bulletin de Paris 8e


ENTRETIENS AVEC MICHEL ANFROL, Avec De Gaulle, du RPF à l'ORTF - Hélène et Julien BRANDO ENTRETIENS AVEC MICHEL ANFROL, Avec De Gaulle, du RPF à l'ORTF - Hélène et Julien BRANDO
20.00 €




- page 2 de 34 -