Newsletter :


Nouveautés

L'ALGÉRIE POUR MÉMOIRE - Fernande STORA
L'ALGÉRIE POUR MÉMOIRE - Fernande STORA

Préface et photographies de Jean-Pierre STORA

DE SEPTEMBRE 1962 À MAI 1963


MÉMOIRES DE GUERRE, DE GAULLE ÉCRIVAIN, Yves REY-HERME
MÉMOIRES DE GUERRE, DE GAULLE ÉCRIVAIN, Yves REY-HERME

Nouvelle édition mise à jour.
Un demi-siècle de parole et d'écriture    
L'Appel du 18 juin 1940
Le verbe et l'Histoire               
Un remarquable portraitiste

Analyse critique permettant de mieux aborder les centres d'intérêt des Mémoires de guerre et notamment l'étude du tome III "Le Salut 1944-1946"

Les Mémoires de guerre mettent en lumière les qualités d'écrivain de De Gaulle, son style et sa pensée romanesque, et sa culture littéraire importante lorsqu'il met clairement en échos certains passages lyriques de son récit avec les grandes œuvres classiques françaises (Lamartine, Paul Valery, Chateaubriand...)

Yves REY-HERME (1924-2000) est né dans une famille de résistants. Il a pu dès sa jeunesse se familiariser avec les écrits de Charles de Gaulle et comprendre que l’écrivain De Gaulle fut toute sa vie plus un intellectuel qu’un militaire. S’est engagé aux côtés d’Emmanuel Mounier et d’Edmond Michelet avec lequel il resta toujours très lié.

Professeur agrégé de lettres classiques, il a enseigné à Embrun, Zagreb, Marseille et enfin à Paris aux Lycées Condorcet et Saint-Louis. Yves REY-HERME a consacré une partie de sa vie au développement de la francophonie notamment en tant que directeur à l’Alliance française puis à l’Union latine, période ou il fit par le monde de nombreuses tournées de conférences consacrées à la littérature contemporaine, celle qui lui était la plus demandée s’intitulait De Gaulle, l’écrivain, notamment par les Nations Unies pour le bicentenaire de la Révolution française. Yves REY-HERME, fin connaisseur de la littérature française et notamment des écrivains François Mauriac, Chateaubriand, Jean-Paul Sartre, Albert Camus, Emmanuel Mounier, Jacques Rivière, Alain-Fournier, présida l’Amitié Charles Péguy, pour laquelle il écrivit de nombreux articles et quelques livres.
Pour l’année 2010-2011, Parmi la liste des objets d’étude et des œuvres obligatoires inscrits au programme de littérature de la classe terminale de la série littéraire dans la catégorie Littérature et débats d’idées — Littérature et histoire, figure : « Mémoires de guerre », tome III, « Le Salut, 1944-1946 », Charles de Gaulle, aux côtés de "l'Odyssée", de "Fin de partie" de Beckett et de "Tous les matin du monde" de Pascal Quignard - dans d'autres catégories.

Référence : arrêté du 20-7-2001 fixant le programme de l'enseignement de littérature en classe terminale de la série littéraire (NORMENE0101658A) publié au JORF du 4-8-2001 et au BOEN hors-série n° 3 du 30-8-2001.

isbn 978-2353910-08-3, 80 pages


GASTON COUTÉ, SES PLUS BEAUX TEXTES
GASTON COUTÉ, SES PLUS BEAUX TEXTES

Préface de Jean-Paul MONTEIL suivie d’un hommage de Xavier PRIVAS, bois de Jacob-HIANS, dessins de Germain DELATOUSCHE.

100e anniversaire de sa mort 1911 - 2011

Farouchement marginal, épris de liberté jusqu’à la violence, le mépris des imbéciles devait sans doute le remplir d’aise…
Par destination le poète est, à mon avis, l’homme des foules et non des salons.
« Le poète véritable a ce privilégie, même en ne parlant que de lui, de confesser les joies et les douleurs de la multitude. C’est la bonne tradition d’Homère à Villon, en passant par les trouvères et les troubadours du Moyen Age. Un poète qui n’est pas d’expression populaire ne représente pour moi rien du tout. Je le crois destiné à périr et si je le compare au bidet de la Putain dans le cabinet de toilette, j’estime que ce dernier objet est infiniment plus utile. » Ainsi parlait Jehan Rictus.
Pour le poète comme je le comprends, il faut donc un public. Ou peut-il l’atteindre ailleurs qu’au cabaret? Le café-concert, le théâtre, les journaux lui sont fermés ou presque. Le cabaret correspond donc à une nécessité qui a toujours existé parce que l’homme a besoin de poésie véritable. Plus peut-être encore que de pain. Mais il faut s’entendre sur cette réalité et cette tradition perdue. Il ne s’agit pas uniquement de célébrer les yeux et les tétons de sa maîtresse. La poésie peut être l’expression plus virile, plus contemporaine, plus directe. Bien d’autres sujets lui conviennent et Gaston COUTÉ l’a magnifiquement prouvé. Aussi le lui fit-on payer très cher. Le public l’en récompensa. (…)
Au soir du 25 juin, le poète beauceron sort du cabaret des Adrets, sur les grands boulevards, dans un état d’épuisement complet. Il s’accorde la dépense d’un fiacre qui le conduit au pied de la rue Lepic, refusant d’aller plus loin. C’est en rasant les murs que le pauvre Couté poursuit sa route, en titubant, jusqu’à la place du Tertre. Sa logeuse appelle un médecin qui prescrit une admission en toute hâte à l’hôpital Lariboisière. C’est là qu’il meurt, seul, comme un gueux, à peine âgé de 31 ans, le 28 juin 1911. Le Merle du Peuple avait cessé de chanter… Gaston Coutant, conservateur et secrétaire de l’association “Les Amis de Gaston Couté”

Itinéraire Gaston Couté

268 pages

isbn 9782353910069



Superbe histoire à lire et à apprendre !

Je pensais connaitre l’affaire de Vive le Québec et bien non, superbe histoire à lire et à apprendre.
Henri Fouquereau, Forum pour la France

DE GAULLE ET LA RÉVOLUTION TRANQUILLE, Vive le Québec libre ! - Roger BARRETTE DE GAULLE ET LA RÉVOLUTION TRANQUILLE, Vive le Québec libre ! - Roger BARRETTE
18.00 €




BARRETTE Roger
Voir la biographie

Yves BODARD : Christian Joubert, un scandale d’Etat ; quatre ans plus tard, je n’oublie pas !

 

 

Christian Joubert est décédé lundi 18 août 2014 des suites d’une longue maladie. Il y a 34 ans, Christian Joubert était le premier otage au Liban: l’otage oublié de la république.

Par Yves Bodard

Le 15 février 1984 alors qu’il sort de l’ambassade de France au Liban en pleine guerre civile, l’Orléanais Christian Joubert, ingénieur dans le secteur du bâtiment est poussé dans une voiture par deux éléments armés. Sa disparition passe inaperçue. Ses proches se mobilisent. Enlevé par le Hezbollah, «les fous de Dieu», Christian va vivre l’enfer pendant 62 jours dans des conditions de captivité inhumaine: « Bâillonné, j’avais les pieds et les mains liés, je dormais à même le sol sur une paillasses et on me nourrissait avec du foie crû » me confie t’il lors notre première rencontre.
« Je portais un bandeau sur les yeux et on me réveillait le matin en manipulant un pistolet automatique tout près des oreilles : Clic clac ». Pour compter les jours et se repérer, Christian Joubert compte les prières de ses ravisseurs. « Ils en faisaient 5 par jour » se souvient-il.

Il est libéré le 15 avril 1984 et rapatrié dans l’anonymat et l’indifférence par Europe assistance. L’ambassade de France lui demande de ne pas ébruiter l’affaire. Ce patriote, membre du RPR, inconditionnel du général De Gaulle obéit. Souffrant du syndrome des captifs et de problèmes de santé très invalidants, il ne retrouve pas son emploi. Brisé, Christian Joubert est reconnu inapte au travail et perçoit une pension d’invalidité.

Je me lie d’amitié avec le bonhomme et je décide de raconter son histoire dans mon bouquin « Vies cabossées et miettes d’espoir » pour le sortir de son anonymat et lui rendre sa dignité.

Aujourd’hui encore, la pilule ne passe pas et je continue d’accuser l’Etat français d’avoir « oublié » Christian Joubert et à tous les ministres qui m’ont écris, de finir de broyer la dignité de cet homme. J’ai fait des recherches et des journalistes savent ! Gilles Delafon ancien journaliste, installé pendant trois ans à Beyrouth et qui était il y a quelque temps sur la matinale de Canal+ rencontre Christian Joubert et lui consacre un chapitre dans son livre primé en 1988 : « Beyrouth, le soldats de l’Islam ». Il ne répond pas à mes sollicitations. Je continue mes recherches avec mes petits moyens et je découvre deux nouveaux livres qui évoquent l’otage Christian Joubert : « Le Liban entre la guerre et l’oubli » de Paul Blanc. Selon lui, Christian Joubert aurait été « un essai d’otage » et un an plus tard L’Etat français n’ayant pas appliqué le principe de précaution, ce sont les otages médiatisés, Carton, Fontaine, Kauffman qui ont payé le prix de l’oubli.

Il y  aussi cet autre livre de Thomas Gordon « Les armes secrètes de la CIA » qui évoque en quelques lignes la détention dans des conditions inhumaines de Christian Joubert livré à un médecin tortionnaire qui applique des techniques de déshumanisation sur les otages,le docteur AL-Aboub.Il reprend des techniques utilisées par les nazis dans les camps de concentration.J’en frémis de peur et de honte !

Je comprends pourquoi Christian n’a jamais pu se remettre de sa captivité et j’ai honte de la France qui ne l’a pas accompagné pour se réadapter. J’ai en mains le premier avis médical à sa sortie de captivité, la preuve aussi (conférence de presse) qu’à sa libération, il a été remis à l’Ambassade de France et aussi ce courrier, qui a été envoyé 10 jours après son retour en France par le chef de l’Etat, François Mitterrand, qui assure à la famille que toutes les recherches sont activés pour retrouver et libérer Christian Joubert alors que celui-ci a été rapatrié par Europe Ambulance 10 jours plus tôt. Comment se fait il que le président de la république française n’ait pas été informé par l’Ambassade de France de cette libération alors que l’otage américain en captivité avec Christian Joubert est pris en charge par les Etats-Unis ? Qui pour rechercher la vérité car ça pue le scandale d’Etat ?
Un petit travailleur social de rien du tout, sans réseau avec sa seule indignation en bandoulière ! Je suis dégoûté de cette indifférence des médias et de nos élus !!! Christian a fini sa vie avec une retraite de misère.

Vous avez  dit « OUBLI »,vous avez dit « Justice-Fraternité-Egalité », y’a même plus d’ordre dans nos valeurs. 

Yves Bodard


VIES CABOSSÉES ET MIETTES D'ESPOIR, Yves BODARD VIES CABOSSÉES ET MIETTES D'ESPOIR, Yves BODARD
16.00 €




BODARD Yves
Voir la biographie

La Rep du Centre : Dreyfus Citoyen

Préface de Philippe Oriol.

L'affaire Dreyfus a fait couler beaucoup d'encre, de Zola à nos jours. En prenant pour angle les huit années de la vie d'Alfred Dreyfus, de sa réhabilitation à la Grande guerre, Georges Joumas, passionné par la IIIe République, apporte un nouvel éclairage captivant sur un personnage sur lequel il y avait encore à écrire !(*) Alfred Dreyfus citoyen. De la réhabilitation à la Grande Guerre. Éditions Regain de lecture. Par Georges Joumas.


ALFRED DREYFUS CITOYEN Epub- Georges JOUMAS ALFRED DREYFUS CITOYEN Epub- Georges JOUMAS
11.99 €




Au Pays des borgnes, suivi de Postures calédoniennes

Au Pays des borgnes


AU PAYS DES BORGNES SUIVI DE POSTURES CALÉDONIENNES - Jacques- Olivier TROMPAS AU PAYS DES BORGNES SUIVI DE POSTURES CALÉDONIENNES - Jacques- Olivier TROMPAS
18.00 €




Tout sur l'Histoire : Alfred Dreyfus citoyen de Georges JOUMAS

Tout sur l'histoire


ALFRED DREYFUS CITOYEN - Georges JOUMAS ALFRED DREYFUS CITOYEN - Georges JOUMAS
18.00 €




JOUMAS Georges
Voir la biographie

Ouest France : Alain Kerhervé, sa passion pour de Gaulle

Ouest FranceOuest France


UNE RÉVOLUTION EN HÉRITAGE - Alain KERHERVÉ UNE RÉVOLUTION EN HÉRITAGE - Alain KERHERVÉ
20.00 €




KERHERVE Alain
Voir la biographie

Le Télégramme : Conférence d'Alain Kerhervé le 8 juin 2018 à Quimperlé

AK le télégramme

 

Telegramme


UNE RÉVOLUTION EN HÉRITAGE - Alain KERHERVÉ UNE RÉVOLUTION EN HÉRITAGE - Alain KERHERVÉ
20.00 €




KERHERVE Alain
Voir la biographie

Georges JOUMAS sur RCF Orléans au micro de Sophie Deschamps

 


ALFRED DREYFUS CITOYEN - Georges JOUMAS ALFRED DREYFUS CITOYEN - Georges JOUMAS
18.00 €




JOUMAS Georges
Voir la biographie

sur magcentre.fr, Alfred Dreyfus: le retour

S’il est parfois des livres courts qui vous en apprennent plus que des “pavés” d’histoire, c’est bien le cas de ce “Dreyfus citoyen” présenté par son auteur, Georges Joumas, ce jeudi soir à la librairie des Temps Modernes à Orléans. Car ce” Dreyfus citoyen” nous décrit le Dreyfus de l’après Affaire, de son retour en 1906 de l’Ile du Diable où il vient de passer six ans dans les pires conditions à la déclaration de guerre d’aout 1914 pour laquelle il se réengage comme officier malgré son age (55 ans) et son amitié avec le pacifiste Jaurès que l’on vient d’assassiner.

Car les livres d’histoire nous laissent croire que l’Affaire se termine avec la grâce obtenue par l’accusé le plus célèbre de l’histoire de France et sa réintégration dans l’armée comme officier dans son grade d’origine, il y a pourtant un oubli de taille dans la loi de réhabilitation de Dreyfus qui ne prend pas en compte ses douze années passées en détention, brisant sa carrière d’officier. Ses démarches au plus haut niveau, y compris auprès de Clémenceau, pourtant dreyfusard de la première heure, ne lui permettront pas d’obtenir complète réparation et le conduiront à la démission de l’armée en 1907.

Le transfert des cendres de Zolan au Panthéon

Redevenu simple citoyen, Dreyfus n’échappera pas non plus à l’antisémitisme à son égard d’une droite d’autant plus virulente qu’elle ne veut pas s’avouer vaincue dans cette affaire, avec les agressions à répétition notamment des Camelots du Roi diligentés par l’action Française de Maurras, jusqu’à cette tentative d’assassinat au revolver dans le cortège même du transfert des cendres de son ami Zola au Panthéon, tentative dont l’auteur sera acquitté dans une parodie de procès d’assises. Il y a aussi ce reproche récurrent de Clémenceau ou de Péguy, jusqu’au-boutistes de la cause, qui soulignent le manque de courage de Dreyfus qui accepta la grâce plutôt que d’exiger un incertain troisième Conseil de Guerre, confortant ainsi l’image insidieuse du juif soumis.

Des conférence à la Ligue des Droits de l’Homme

Et pourtant, l’officier de réserve Alfred Dreyfus retrouve le cercle des amis qui l’ont soutenu, notamment en fréquentant le salon de  la “marquise rouge” (Marie Arconati-Visconti) avec laquelle il entretiendra une longue correspondance et qui tous les jeudis réunit de nombreuses personnalités politiques progressistes et anticléricales. Il milite à la Ligue des Droits de l’Homme pour laquelle il prononce des conférences pour défendre un syndicalisme nécessaire au progrès social et sa correspondance révèle aussi une lucidité toute militaire quant au colonialisme français au Maroc.

S’il s’apparente ainsi plutôt à une gauche modérée, Alfred Dreyfus n’hésite pas à prendre parti publiquement notamment en signant des pétitions pour défendre le doit syndical et dénoncer une répression souvent féroce des grévistes, y compris quand il s’agit de procès m’étant en cause l’armée

C’est ainsi toute une société qui est dévoilée par le livre de Georges Doumas, juste avant qu’elle ne bascule dans la tragédie de la guerre, mais dont beaucoup d’aspects politiques réapparaitront finalement assez peu modifiés à l’issue ce qui devait être “la der des der”… Alfred Dreyfus cessera alors toute activité publique disparaissant dans l’anonymat de l’entre deux guerres.

Gérard Poitou


ALFRED DREYFUS CITOYEN - Georges JOUMAS ALFRED DREYFUS CITOYEN - Georges JOUMAS
18.00 €




JOUMAS Georges
Voir la biographie

Jean-Pierre SUEUR : « Alfred Dreyfus citoyen », une nouvelle réhabilitation par Georges Joumas

On le sait : nombre de dreyfusards ont considéré qu’Alfred Dreyfus, après sa réhabilitation, fut un personnage assez « falot » qui n’était pas « à la hauteur de son rôle. » C’est ce qu’ont pensé, et écrit, Georges Clémenceau, Charles Péguy, Anatole France… et bien d’autres, jusqu’à Léon Blum.

Le dessein du livre que vient de publier Georges Joumas, Alfred Dreyfus citoyen, aux éditions « Regain de lecture » est précisément de battre en brèche ces idées toutes faites en s’appuyant sur une documentation et des lettres qui étaient – et pour cause – ignorées de ceux que je viens de citer.

Alors que, suite à la décision de la Cour de cassation et aux votes des deux assemblées au Parlement, Alfred Dreyfus est enfin réhabilité en 1906, une nouvelle injustice apparaît, puisque les années 1894-1906 ne sont pas comptabilisées dans son ancienneté au sein de l’armée. Lui, polytechnicien, se trouve « traité comme un officier médiocre qui s’est laissé distancer par tous ses camarades de promotion », comme l’écrit Laurent Greislamer, cité par Georges Joumas.

Profondément blessé, Dreyfus demande à prendre sa retraite. Il écrit à la marquise Arnocati-Visconti (les nombreuses lettres, inédites jusqu’à très récemment, qu’il lui adresse sont essentielles pour le comprendre) : « La mesure qui devait être prise à mon égard est une mesure de justice et d’équité, je ne saurais en faire une question dépendante de la volonté aléatoire d’un ministre problématique. »

Revenu à la vie civile, on pourrait croire qu’Alfred Dreyfus jouirait enfin d’une certaine tranquillité. Il n’en est rien. Les attaques antisémites à son égard sont quotidiennes dans la presse « nationaliste ». Il est « le traître réhabilité. » Il reçoit des lettres de menaces et d’injures. Des agresseurs tentent de lui arracher sa Légion d’Honneur. Et lorsqu’il est décidé de transférer les centres d’Émile Zola – qui aura tant défendu Dreyfus – au Panthéon, l’Action française se déchaîne. Charles Maurras, nous dit Georges Joumas, s’en prend à « l’État-Dreyfus qui détruit tout » et déclare que les restes de Zola vont « souiller […] la crypte du Panthéon. » Le cercueil de Zola est transporté rue Soufflot sous les huées. Et c’est devant le Panthéon, au cours de la cérémonie, qu’on découvre qu’un projet d’assassinat a été ourdi contre Alfred Dreyfus. Deux balles sont tirées. Dreyfus en réchappe de peu. L’auteur des coups de feu, qui collabore à La France juive illustrée, Louis Gregori, se retrouve devant la justice. Le jury l’acquitte… et il sort du tribunal sous les cris  de « A bas Dreyfus ! » et « Mort aux juifs. » Inlassablement, Alfred Dreyfus poursuivra sa bataille judiciaire et le combat contre une partie de la presse qui l’attaque sans relâche.

Il se tournera aussi vers l’action sociale, défendant la nécessité du syndicalisme, par des articles et des conférences, soutenant les salariés et les syndicats lors des grandes grèves de 1908 à 1910 et apportant son soutien à Jean Jaurès. Il s’engage dans l’affaire Ferrer, dans l’affaire Durand, comme dans l’affaire Aernoult-Rousset. Il combat les injustices – lui qui fut victime d’une injustice dont il vit encore chaque jour les séquelles. Il adhère à la Ligue des Droits de l’Homme dont il partage les combats.

Dans ces conditions, les accusations de Péguy dans Notre Jeunesse« Investi héros malgré lui, investi victime malgré lui, investi martyr malgré lui, il fut indigne de cette triple investiture » – apparaissent totalement injustifiées. Et Georges Joumas a raison de citer Géraldi Leroy qui a écrit que la « totale abstention de Péguy vis-à-vis des grandes manifestations ouvrières telles qu’elles furent gérées par Clémenceau » fut « stupéfiante. » Et il ajoute : « Péguy ne fit aucune allusion au comportement archaïque qui avait envoyé Ferrer à la mort ; en faveur de Rousset […], Péguy n’a pas bougé ; même silence sur l’affaire Durand. »

Dreyfus s’engage aussi sur le terrain politique. Il défend la cause laïque, la représentation proportionnelle. Il s’oppose à la politique française au Maroc. Il marque son soutien constant à Émile Combes et à Jean Jaurès – même si, comme Péguy, il regrette les concessions que ce dernier fait à Gustave Hervé pour préserver l’unité des socialistes. Comme l’avait fait Jaurès dans l’Armée nouvelle, Dreyfus présente des positions réformatrices et novatrices – malheureusement sans suite – pour l’armée, qu’il rejoindra à 55 ans pour « faire son devoir » au cours de la Première Guerre mondiale.

Au total, il faut remercier Georges Joumas pour avoir à nouveau « réhabilité » Dreyfus, alors que des images fallacieuses s’étaient inscrites dans les esprits. Son œuvre d’historien était à cet égard, non seulement utile, mais de surcroît nécessaire.

Jean-Pierre Sueur

Alfred Dreyfus citoyen, éditions Regains de lecture, 18 €


ALFRED DREYFUS CITOYEN - Georges JOUMAS ALFRED DREYFUS CITOYEN - Georges JOUMAS
18.00 €




JOUMAS Georges
Voir la biographie

- page 2 de 24 -