Newsletter :


Revue de Presse
Livre O Cœur : le salon a fait face avec succès au Covid
Malgré les craintes et les mesures de distanciation, le public n’a pas boudé les allées de la serre du Jardin des Plantes, à Orléans, les 3 et 4 octobre dernier, pour le rendez-vous du festival littéraire.

La culture plus forte que le sanitaire ! La troisième édition de « Livre O Cœur », le salon régional du livre, a tenu ses promesses avec de nombreux visiteurs, malgré un petit reflux sur l’an passé. « C’est vrai, explique Noëlle Mirande présidente de l’association Arts et Littératures au Pluriel et organisatrice du salon, nous ne savions pas trop où nous allions, les visiteurs allaient-ils être présents ? ». En fait cette troisième édition a répondu aux attentes, même si le déplacement à l’intérieur de la serre du Jardin des Plantes était guidé et contraint interdisant parfois tout arrêt devant les stands ou discussions avec les auteurs.

Mais les maisons d’édition régionales ou locales comme Corsaire ou Infinimes ont joué le jeu avec près de 70 auteurs qui ont dédicacé leurs ouvrages, le week-end des 3 et 4 octobre. Quelques parisiens avaient même fait le déplacement à l’exception d’Antoine de Baecque, critique littéraire et tête d’affiche de cette édition, qui a fait faux bond sans explication. Les stands étaient donc bien garnis avec des auteurs dans toutes les catégories de la littérature, roman, histoire, BD, poésie.

 La littérature fait de la Résistance

Sophie Deschamps Pierre Allorant

Sophie Deschamps et Pierre Allorant étaient présent au festival Livre O Cœur les 3 et 4 octobre 2020 au Jardin des plantes d’Orléans pour dédicacer leur livre. Photo Magcentre

On notait en particulier la présence de deux contributeurs de MagCentre : Sophie Deschamps (Le silence des soutanes, Corsaire éditions) et de Pierre Allorant (Voix de Fêtes, 100 ans de discours aux fêtes de Jeanne d’Arc, Corsaire éditions) mais aussi d’auteurs plus anonymes ou médiatiques comme François Guéroult notre confrère journaliste de France Bleu.

Cette année le salon s’était mis aux couleurs des « VoyageS » qu’ils soient intérieurs, imaginaires, intimes ou ouverts sur les grands horizons. « C’est une porte ouverte sur le monde, explique Noëlle Mirande, nous en avons bien besoin dans ces temps confinés ».

De même, le salon avait décidé de créer cette année le prix « Résistances », destiné à récompenser un ouvrage centré sur les grands enjeux sociétaux. Dimanche c’est le livre de Giulia Foïs, journaliste à France inter, qui a été récompensé. Je suis une sur deux, témoigne de l’agression sexuelle dont l’auteure a été victime, de l’enquête qui a suivi et des trois ans de procédures. « C’est un prix que nous voulons développer, poursuit Noëlle Mirande, nous allons l’ouvrir puis lui donner plus d’écho en 2021 ».

Jean-Jacques Talpin


Edith donne la parole à Sophie Deschamps

Edith sept 2020


LE SILENCE DES SOUTANES - Sophie DESCHAMPS LE SILENCE DES SOUTANES - Sophie DESCHAMPS
18.00 €




DESCHAMPS Sophie
Voir la biographie

Une journaliste scrute le silence des soutanes

Echo de l'Ouest

Lire la suite...


LE SILENCE DES SOUTANES - Sophie DESCHAMPS LE SILENCE DES SOUTANES - Sophie DESCHAMPS
18.00 €




DESCHAMPS Sophie
Voir la biographie

Sophie DESCHAMPS évoque Le Silence des soutanes dans La Rep du Centre

La Rep Soutanes


LE SILENCE DES SOUTANES - Sophie DESCHAMPS LE SILENCE DES SOUTANES - Sophie DESCHAMPS
18.00 €




DESCHAMPS Sophie
Voir la biographie

Sophie DESCHAMPS évoque Le Silence des soutanes dans MagCentre

Mag centre

Le Silence des soutanes, sorti en librairie le 10 juin 2020, retrace l’histoire du procès orléanais du 30 octobre 2018 de pédocriminalité dans l’Église. Pourquoi avoir écrit sur cette histoire ?

Sophie Deschamps : À l’époque, je suis toujours journaliste radio chez RCF. Le procès commence à 13h30 et se termine à 22 heures avec une interruption d’une demi- heure. Et je n’ai qu’une minute trente d’antenne pour en rendre compte ! Je suis frustrée car je n’ai que très peu de temps d’antenne et je me retrouve avec une matière considérable puisque j’avais un carnet de notes rempli qui allaient être perdues. Pourtant c’était une première en France, un prêtre et un évêque jugés conjointement. Immédiatement je me dis qu’il y a un quelque chose à faire... Le soir même du procès, j’avais déjà envie d’écrire sur cette histoire.

Au-delà du procès, vous souhaitez avant tout donner la parole aux victimes...

S.D. : Oui car je suis sortie de ce procès écœurée. À l’entrée du tribunal j’ai vu des gens de l’évêché qui m’ont dit venir pour soutenir l’évêque. Et les victimes ? leur ai-je demandé...Oui les victimes mais on vient surtout pour l’évêque, ont-ils répondu. J’ai pris une vraie claque !

Et les victimes se sont confiées...

S.D. : J’ai contacté Olivier Savignac, une des victimes, pour lui expliquer mon projet. Il m’a de suite fait confiance. Quand j’ai décidé d’écrire cette histoire, j’ai voulu faire un portrait des victimes. Je me suis dit qu’il fallait l’incarner ce procès et qu’Olivier allait parler au nom de toutes les victimes. J’ai laissé dire à mes victimes la dénonciation, la souffrance, les témoignages... ce livre leur est dédié.

L’écriture de ce livre se passe à un moment charnière de votre carrière professionnelle. Pouvez-vous nous en dire plus ?

S.D. : En effet, le 31 janvier 2019, j’ai quitté RCF et pour la première fois je dispose d’un luxe dont j’ai longtemps été privée : du temps ! Dès le 1er février je suis allée m’acheter une imprimante et un stylo plume. Parce que ça participait de ce désir d’écrire et de passer du micro à la plume... J’ai travaillé sur tous les comptes-rendus et je trouvais intéressant de voir comment cette affaire était traitée journalistiquement, dans La Croix, Libération, l’Humanité. Entre temps je me suis replongée dans des lectures portant sur ce sujet. J’ai revisionné l’émission de Cash investigation de

2015. Et il y avait plein de choses qui sortaient à ce moment-là : le film Grâce à Dieu le 22 février et en mars le documentaire Arte sur les religieuses abusées. Ça n’arrêtait pas ! Durant les quatre mois où j’écris le livre il y a de l’info tous les jours.

Vous dîtes qu’en écrivant très vite vous vous interrogez sur l’après...

2/3

S.D. : Oui, lors de l’écriture très vite je pense à une troisième partie qui interroge sur ce qu’il y a à faire maintenant. Qu’est-ce qu’on peut mener comme chantier pour que les choses changent ? Car ça ne se passe pas que dans l’Église, il y a le monde du sport, l’Éducation nationale... Le débat doit être assumé. Ce qui m’intéresse c’est comment on essaie de vivre tous ensemble, je suis plus sur les valeurs humanistes que religieuses. Une Église qui prêche d’un côté et fait totalement l’inverse de l’autre, ce n’est pas possible !

Votre livre a-t-il été bien reçu ?
S.D.
: Oui ! J’ai été très encouragée dans ma démarche même par l’évêque Jacques

Blaquart à qui j’ai écrit une lettre pour l’informer de mon projet.

Outre le travail journalistique, ce livre est aussi le résultat de votre passion pour l’écriture...

S.D. : Complètement ! Ecrire un livre répond à une envie que je nourris depuis très longtemps, il me manquait le bon sujet. Une fois j’ai eu envie d’écrire au sujet des enfants sans papier, il y a une dizaine d’années mais je manquais de confiance. Depuis j’ai acquis une certaine maturité, je songe d’ailleurs à écrire un polar...

Propos recueillis par Elodie Cerqueira


LE SILENCE DES SOUTANES - Sophie DESCHAMPS LE SILENCE DES SOUTANES - Sophie DESCHAMPS
18.00 €




DESCHAMPS Sophie
Voir la biographie

Sophie DESCHAMPS évoque Le Silence des soutanes sur France bleu Orléans

 

 


LE SILENCE DES SOUTANES - Sophie DESCHAMPS LE SILENCE DES SOUTANES - Sophie DESCHAMPS
18.00 €




DESCHAMPS Sophie
Voir la biographie

Sophie Deschamps évoque Le Silence des soutanes dans Tribune hébdo

Tribune hebdo Le Silence des soutanes


François ANGEVIN sur RCF Caen nous parle d'Histoires à fleur de mots

Sur RCF

François Angevin sur RCF Caen


HISTOIRES À FLEUR DE MOTS - François ANGEVIN HISTOIRES À FLEUR DE MOTS - François ANGEVIN
16.00 €




ANGEVIN François
Voir la biographie

Au Pays des borgnes de Jacques-Olivier TROMPAS, prix du Lions Centre 2020

Prix Lions 2020


AU PAYS DES BORGNES SUIVI DE POSTURES CALÉDONIENNES - Jacques- Olivier TROMPAS AU PAYS DES BORGNES SUIVI DE POSTURES CALÉDONIENNES - Jacques- Olivier TROMPAS
18.00 €




https://www.gregoiredetours.fr : "Tout le monde a été, est ou sera gaulliste"

2020 sera à la fois l’année du cinquantenaire de la mort du général de Gaulle, les 130 ans de sa naissance et les 80 ans de l’Appel du 18 juin.  Il s’agit ici de retrouver ce qui a été l’essentiel des actions politiques du premier président de la Ve République et parfois de les lier avec le prolongement qu’elles ont eu après sa mort, comme son soutien à la loi Neuwirth sur la contraception (votée à la fin 1967 grâce aux voix des socialistes et communistes) qui ne prendra pleinement effet que fin 1974 (au début du septennat de Giscard d’Estaing) et qui est une étape vers le droit à l’avortement défendu par Simone Veil sous le premier gouvernement de Jacques Chirac. On a également par ailleurs un développement autour de l’opposition au Traité de Maastricht avec les idées du général autour de la construction européenne.

On suit le général de Gaulle dès sa jeunesse (en pointant les influences qu’il reçoit d’une éducation chrétienne) jusqu’à son décès. Les questions de ses idées tactiques sur les chars, sa rivalité avec Giraud, sa traversée du désert, la question algérienne, la force de frappe, la reconnaissance de la Chine populaire, l’aménagement du territoire, la participation gaulliste sont parmi les sujets traités. On apprécie la bonne vingtaine de notices biographiques et les assez nombreuses illustrations.    Adam Craponne

Note globale :


DÉCOUVRIR, CONNAÎTRE DE GAULLE - Alain KERHERVÉ, Gérard QUÉRÉ DÉCOUVRIR, CONNAÎTRE DE GAULLE - Alain KERHERVÉ, Gérard QUÉRÉ
25.00 €




KERHERVE Alain
Voir la biographie

En 2020 Découvrir, comprendre DE GAULLE, Les idées de demain

télégramme


DÉCOUVRIR, CONNAÎTRE DE GAULLE - Alain KERHERVÉ, Gérard QUÉRÉ DÉCOUVRIR, CONNAÎTRE DE GAULLE - Alain KERHERVÉ, Gérard QUÉRÉ
25.00 €




KERHERVE Alain
Voir la biographie

Tribune hebdo : à lire, Les deux Premiers fusillés pour l'exemple

Tribune hebdo


LES DEUX PREMIERS « FUSILLÉS POUR L'EXEMPLE » DES MUTINERIES DE 1917 - Georges JOUMAS LES DEUX PREMIERS « FUSILLÉS POUR L'EXEMPLE » DES MUTINERIES DE 1917 - Georges JOUMAS
14.00 €




JOUMAS Georges
Voir la biographie

https://france3-regions.blog : Histoire des deux premiers « Fusillés pour l’exemple » de 1917

Les éditions Corsaire poursuivent leur travail d’investigation historique avec le récit détaillé et documenté des deux premiers « fusillés pour l’exemple » des mutineries de 1917, Émile Buat et René-Louis Brunet, reconstitué par l’historien Georges Joumas :

En 1914, quand l’Allemagne déclare la guerre, des générations de français espèrent ce conflit depuis 44 années. Du moins les plus nationalistes : pour eux, la guerre sera une une promenade festive…

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b69325713

L’historien Georges Joumas, historien, nous conduit dans les pas de deux appelés que rien ne distinguait a priori. Quelques broutilles de jeunesse, des condamnations sans gravité. Pourtant, au jour dit, elles joueront leur rôle, puisqu’il y aura une justice et un procès où toutes les apparences seront respectées.

Émile Buat, Marnais, et René-Louis Brunet, Loirétain, se retrouvent chacun dans des BCP : Bataillons de chasseurs à pied. Bataille de la Marne, bataille des Ardennes, bataille de la Somme, siège de Verdun… À chacune, les Chasseurs à Pied évoluent en position de corps francs, en avant des régiments d’infanterie, très exposés. Sur des unités comptant près de 1500 hommes, il y a autant de pertes en un an.

Émile Buat, voit des centaines de compatriotes mourir dans des conditions atroces. S’il survit à la plupart des combats, il ne se distingue ni plus ni moins qu’autrui. Parcours similaire, pour René-Louis Brunet, de la Ferté Saint-Aubin, qui se signale par un exploit : l’arrestation de 80 prisonniers qui lui vaut la « Croix de guerre avec l’étoile de Vermeil ».

En 1917, tous deux – sans se connaître – sont au Chemin des Dames  : offensive menée par le général Nivelle. Les pertes sont considérables : environ 200 000 hommes côté Français, plus côté Allemand (300 000 ?). Des unités refusent de monter au front. Alors qu’on les emmène loin du front, leur passage, chantant l’Internationale, déclenche l’effervescence dans le groupe de Chasseurs : tract, réunion, où Émile Buat et René-Louis Brunet prennent parole (les témoignages concordent).

En réponse, ils s’exposent à une haine radicale des officiers dont l’un proclame : « Nous sommes tous décidés à brûler la cervelle au premier qui bronchera… ». Autant souligner, perspective historique pas inutile, que pour ces 200 000 morts, le général Nivelle sera muté à Alger… À l’opposé, ces soldats refusant la logique sacrificielle vont être l’objet de la vindicte du Commandement. Quel est leur crime ? Une prise de parole. Pour les nationalistes, la colère des soldats aurait été une bénédiction : rien de plus facile que de retourner une émotion soudaine et irréfléchie.

À l’inverse, la prise de parole suppose un recul, une pensée objective, dédouanée de la colère. La prise de parole, comme à la guerre, c’est la prise d’une position. Donc, au sein d’une armée déconfite, c’est un crime.

Fondé sur une enquête soigneusement documentée, le récit de Georges Joumas se lit en même temps avec passion. Il y a du tragique et la minutie de l’historien éclaire crûment l’injustice d’un Haut Commandement obsédé par des motifs nationalistes. Toutefois, contrairement aux cours martiales qui ont présidé jusqu’ici, Émile Buat et René-Louis bénéficient d’un procès et sont condamnés en bonne et due forme. Le livre démonte ce processus avec doigté.

En post-face, si Antoine Prost émet des doutes sur la possibilité d’une réhabilitation historique, on peut regretter son peu d’empathie pour la prise de parole, symbole de liberté.

Si le nom de René-Louis Brunet ne figure sur aucun monument aux morts, le maire d’Arzillières, prit sur lui d’inscrire sur le monument des « Morts pour la France » le nom d’Émile Buat… Prenez le temps des courtes journées hivernales pour découvrir ces actes qui forment le socle des injustices de notre Histoire de France, et qui nous donnent aussi de quoi réfléchir sur les mœurs modernes…

Bernard Henninger

 


LES DEUX PREMIERS « FUSILLÉS POUR L'EXEMPLE » DES MUTINERIES DE 1917 - Georges JOUMAS LES DEUX PREMIERS « FUSILLÉS POUR L'EXEMPLE » DES MUTINERIES DE 1917 - Georges JOUMAS
14.00 €




JOUMAS Georges
Voir la biographie

Aisne nouvelle : Alfred Dreyfus et Morcourt

Aisne nouvelle 1**Albert Dreyfus2


ALFRED DREYFUS CITOYEN - Georges JOUMAS ALFRED DREYFUS CITOYEN - Georges JOUMAS
18.00 €




JOUMAS Georges
Voir la biographie

Que sais je Monsieur Dreyfus
 
Le temps est un animal véloce… et il arrive que des ouvrages qu’on a bien voulu me confier ne reçoivent nul regard, nulle considération, faute de temps, faute parfois d’avoir pris ce temps. En cette fin d’année, où les urgences sorties de leur contexte prennent un ton pastel… je souhaite en présenter ici quelques uns.
 
Commençons avec ce livre d’Histoire, qui, constatant la désaffection, voire le dédain que lui manifestèrent les « importants » de l’époque :
 
Clémenceau : « inférieur à l’affaire Dreyfus, de je ne sais combien d’abimes. »
 
Léon Blum : « peut-être même, s’il n’avait été Dreyfus, antidreyfusard. »
 
Depuis quelques années, les historiens se penchent sur le destin de celui qui fut la tâche aveugle de la plus grande affaire judiciaire française, mettant à jour une fracture politique qui ne s’est jamais réparée, d’un antisémtisme français dont nous savons qu’il ne cesse de renaître, jusqu’à bafouer la mémoire d’une victime…
 
Spécialiste de la IIIe république, Georges Joumas avait déjà porté son regard sur cet officier singulier et exemplaire (Alfred Dreyfus officier en 14-18. Souvenirs, lettres et carnets de guerre).
 
Ici, enrichissant son approche, avec la découverte de sa correspondance avec la marquise Arconati-Vicsonti (correspondance par ailleurs éditée chez Grasset), Joumas met à jour ce que l’affaire a dissimulé de son étonnante personnalité, car, pour surmonter les épreuves qui ont été les siennes, il ne fait guère de doute pour qui a connu la difficulté, que cela n’aurait pas été possible sans une force morale somme toute peu commune.
 
Fin connaisseur du politique, observateur lucide de son époque, concerné, Alfred Dreyfus dut sa vie durant affronter le mépris et la haine de ceux qui ne voulaient pas admettre la vérité et le fait : la justice avait pleinement innocenté et réhabilité Dreyfus. Bien souvent, la condamnation fautive, même absoute, ne lève pas la suspicion et la haine de ceux qui n’admettent jamais que la justice soit le miroir de la société…
 
Il était bien conscient que cette affaire, qui avait incendié sa vie, dépassait sa simple personne. Fort des découvertes récentes, l’historien Georges Joumas brosse un portrait précis et documenté, tentant d’évoquer la réalité d’un homme.
 
Si les Fêtes de fin d’année était l’occasion de mieux se renseigner sur cette Histoire qui est la nôtre, et si elle pouvait nous aider à mieux comprendre les injustices d’aujourd’hui…
 
Bernard Henninger
 
 

ALFRED DREYFUS CITOYEN - Georges JOUMAS ALFRED DREYFUS CITOYEN - Georges JOUMAS
18.00 €




JOUMAS Georges
Voir la biographie

Extrait : La Pomme de discorde de François ANGEVIN

La Bastide


HISTOIRES À FLEUR DE MOTS - François ANGEVIN HISTOIRES À FLEUR DE MOTS - François ANGEVIN
16.00 €




ANGEVIN François
Voir la biographie

Francosphère : Diffusion sur la webradio France Ô

LANGUE PATERNELLE

Emission du samedi 30 Novembre 2019

Invitée: Fawzia Zouari, inititiatrice du Parlement des Ecrivaines Francophones Avec la participation de Corinne Alexia, Célia Cléry, Anne Bonneau, Tessa Grauman, Jean-Marie Chazeau & Sandrine Weber. Mise en ondes Denis Deygout La tunisienne Fawzia Zouari considère que l'arabe n'est pas sa langue matenelle, mais paternelle. Elle explique en quoi ça n'est pas la même chose pour elle. Elle nous dit aussi que Parlement des écrivaines francophones, qu'ele a mis sur les rails, accueille bon nombre d'autrices créolophones qui font entendre une autre voix dans cette nouvelle assemblée. Si l'or se mangeait, cela serait peut-être plus économique qu'un plat de bichiques. Dans le "goût de l'enfance" d'Anne Bonneau, on s'aperçoit qu'il est vain aujourd'hui pour une réunionnaise de vouloir manger des alevins réunionnais. Pour son "Speak French", Jean-Marie Chazeau s'installe sous la Coupole et écoute la dernière académicinne en date Barabara Cassin demander au gouvernement de revenir sur l'augmentation démesurée des frais de scolarité pour les étudiants étrangers.

 
 
 

VOIX D'ECRIVAINES FRANCOPHONES, Anthologie, Parlement des écrivaines VOIX D'ECRIVAINES FRANCOPHONES, Anthologie, Parlement des écrivaines
16.00 €




Au dela du film J'ACCUSE : Les livres de Georges JOUMAS 8

image film Dreyfus

 
pack Joumas

 


ALFRED DREYFUS CITOYEN - Georges JOUMAS ALFRED DREYFUS CITOYEN - Georges JOUMAS
18.00 €




JOUMAS Georges
Voir la biographie

Historiens et géographes : C'est un tour de force de réussir à nous faire entrer à l'intérieur du vrai Dreyfus !

Historiens et géographes 1

Historiens et géographes 2


ALFRED DREYFUS CITOYEN - Georges JOUMAS ALFRED DREYFUS CITOYEN - Georges JOUMAS
18.00 €




JOUMAS Georges
Voir la biographie

Georges JOUMAS invité de France Bleu Orléans : Les deux premiers "fusillés pour l'exemple" de 1917 des mutineries

http://www.francebleu.fr/emissions/l-invite-de-france-bleu-orleans/orleans/l-invite-de-france-bleu-orleans-431

 

Georges Joumas

 

 


- page 1 de 14